Accord de branche du 9 octobre 2007 sur les principes relatifs à la composition et aux modalités de fonctionnement des commissions secondaires du personnel dans les IEG

Etendu par arrêté du 4 septembre 2008 JORF 13 septembre 2008

IDCC

Signataires

  • Fait à :
    Fait à Paris, le9 octobre 2007.
  • Organisations d'employeurs :
    UFE ; UNEMIG.
  • Organisations syndicales des salariés :
    CFE-CGC ; CMTE CFTC ; FNME CGT.

Information complémentaire

  • Le présent accord entrera en vigueur à la date d'installation des IRP constituées au sein des entreprises de la branche. (Point 5 du chapitre V)

Numéro du BO

  • 2007-46
 
  • Article

    En vigueur étendu


    L'objet du présent accord est de fixer, conformément aux dispositions de l'article 3 du statut national du personnel des industries électriques et gazières dans sa rédaction issue du décret n° 2007-549 du 11 avril 2007, les règles communes de composition et de fonctionnement des commissions secondaires du personnel des entreprises qui relèvent de ce statut.
    La composition et les modalités de fonctionnement des commissions secondaires seront définies par accord d'entreprise sur la base de ces principes communs.

    • Article

      En vigueur étendu

      1. Découpage

      Dans le cadre de l'application des dispositions de l'article 3 du statut national, modifié par le décret n° 2007-549 du 11 avril 2007, la liste des commissions secondaires du personnel (CSP) mises en place par chaque entreprise est portée à la connaissance de la commission supérieure national du personnel (CSNP) qui vérifie la conformité des procédures au regard du statut des IEG.
      Les signataires incitent les entreprises dont l'effectif est inférieur à 11 agents à maintenir les dispositifs existants de représentation du personnel.

      2. Composition et répartition des sièges
      2.1. Composition

      La composition des commissions secondaires est paritaire.
      La mixité sera recherchée dans la composition des délégations tant du côté des représentants des employeurs que des représentants des salariés. Cette composition s'efforcera de respecter la répartition femmes-hommes correspondant au périmètre de la commission concernée.
      Le nombre de représentants du personnel au sein des commissions secondaires du personnel est fonction de l'effectif statutaire ― exécution et maîtrise ― concerné par le découpage défini au sein de chaque entreprise :
      ― 3 membres du personnel pour un effectif de 11 à 100 salariés ;
      ― 5 membres du personnel pour un effectif de 101 à 200 salariés ;
      ― 7 membres du personnel pour un effectif de 201 à 500 salariés ;
      ― 9 membres du personnel pour un effectif de 501 à 1 000 salariés ;
      ― 14 membres du personnel pour un effectif > 1 000 salariés.
      Pour les entreprises de moins de 11 salariés disposant d'une commission secondaire, le nombre de représentants du personnel est défini localement.
      Pour ces entreprises qui n'ont pas mis en place une commission secondaire du personnel, la commission supérieure nationale du personnel exerce les attributions dévolues aux commissions secondaires du personnel à l'égard de ces entreprises.
      La représentation du personnel dans les commissions secondaires du personnel est définie par collège (1) :
      ― exécution GF 1 à 6 ;
      ― maîtrise GF 7 à 11 ;
      ― cadres GF 12 à 19, en cas de mise en place d'une délégation de cadres au sein de la commission secondaire du personnel dans une entreprise comprenant moins de 200 cadres. Les entreprises comprenant moins de 200 cadres ont en effet la possibilité de constituer, soit une commission secondaire du personnel compétente pour les personnels du collège cadres, soit une délégation de cadres au sein des commissions secondaires du personnel existantes. Ce choix sera réalisé après concertation avec les organisations syndicales représentatives sur le périmètre concerné.
      En cas de délégation de cadres au sein d'une commission secondaire, un nombre de représentants sera ajouté pour assurer la représentation des cadres selon les modalités suivantes :
      ― 2 membres du personnel pour un effectif total de 11 à 1 000 salariés ;
      ― 3 membres du personnel pour un effectif total au-delà de 1 000 salariés.
      Peuvent siéger au titre du collège exécution les agents ayant appartenu à ce collège. Peuvent siéger au titre du collège maîtrise les agents ayant appartenu à ce collège.
      Pour les entreprises comprenant moins de 200 cadres qui n'ont pas mis en place une commission secondaire du personnel cadre ou une délégation de cadres, la commission supérieure nationale du personnel exerce les attributions dévolues aux CSP à l'égard des cadres de ces entreprises.

      2.2. Répartition des sièges

      La répartition des sièges entre les collèges exécution et maîtrise estréalisée de manière proportionnelle au poids de chacun de ces collègesdans l'effectif concerné par le périmètre de la commission secondaire dupersonnel.
      En ce qui concerne la répartition des sièges restants, il conviendra d'appliquer le système de la représentation proportionnelle selon la méthode du plus fort reste.

      3. Mode de désignation des membres et attribution des sièges
      3.1. Désignation des membres

      Les membres des commissions sont désignés à l'issue de chaque élection professionnelle par les organisations syndicales, par courrier adressé à la direction concernée avec copie aux autres organisations syndicales représentatives sur le périmètre concerné.
      La durée des mandats des membres des commissions est fixée à 3 ans.

      3.2. Attribution des sièges

      L'attribution des sièges est réalisée par application du quotient électoral et de la règle de la plus forte moyenne :
      ― sur la base de la représentativité des organisations syndicales constatée par collège sur le périmètre concerné lors du premier tour des élections des membres titulaires des comités d'entreprise ou d'établissement, ou lors du second tour en cas d'absence de candidat ou de quorum au premier tour ;
      ― sur la base de leur représentativité constatée par collège sur le périmètre concerné lors du premier tour de l'élection des délégués du personnel titulaires, ou lors du second tour, en cas d'absence de candidat ou de quorum au premier tour, dans les entreprises où il n'existe pas de comité d'entreprise.
      En cas de collège unique ou de collège commun exécution-maîtrise ou maîtrise-cadres la représentativité des organisations syndicales dans chaque collège sera calculée au prorata du poids des différentes catégories de personnel dans l'effectif concerné par le périmètre de la commission secondaire.
      Un siège consultatif sera attribué pour toute organisation syndicale représentative ayant présenté au moins un candidat sur le périmètre de la commission secondaire et qui ne se serait pas vu attribuer de siège au titre de la méthode définie ci-dessus.

      3.3. Remplacement d'un membre

      Le remplacement des représentants du personnel en cours de mandat est effectué par l'organisation syndicale selon la même procédure que lors de la désignation initiale. La durée du mandat du nouveau représentant du personnel est limitée à la durée du mandat de celui qu'il remplace.

      3.4. Membres siégeant en matière de discipline

      Lorsqu'une commission secondaire du personnel siège en matière de discipline, seuls peuvent siéger des représentants du personnel relevant d'un classement égal ou supérieur à celui de l'agent dont le cas est examiné. La composition de la commission est alors modifiée en conséquence, la représentation paritaire étant maintenue.
      Dans le cas où l'application de cette règle conduirait à réduire de façon importante la représentation du personnel, il est fait appel à des suppléants spéciaux remplissant les conditions de classement précisées précédemment.
      A cet effet, il est dressé, dans chaque commission secondaire et par ses soins, une liste de suppléants spéciaux de différents groupes fonctionnels, compétents uniquement en matière de discipline. Cette liste est actée au procès-verbal de la première séance de la commission secondaire du personnel suivant sa mise en place. Elle peut, en cours de mandat, être modifiée en tant que de besoin.
      En tout état de cause, s'il n'est pas possible d'appliquer les règles ci-dessus qui permettent de réunir valablement la commission en raison de la règle de classement, le dossier est transmis pour examen à la CSNP.
      Les représentants de la direction au sein de la commission secondaire sont désignés par l'employeur ou son représentant en même nombre que les représentants du personnel.

      3.5. Cas particulier

      Lorsqu'une commission secondaire est appelée à examiner le cas d'agents statutaires mis à la disposition d'une caisse mutuelle complémentaire et d'action sociale ou de la caisse centrale d'activités sociales en matière d'affectation, de classement, d'avancement ou de discipline, la représentation de la direction est modifiée par l'attribution d'une voix délibérative à un représentant de la caisse intéressée, désigné par son conseil d'administration (ou par la personne désignée par lui à cet effet).

      3.6. Membres examinant le cas des agents cadres

      Lorsqu'une commission secondaire est appelée à examiner le cas d'agents cadres en matière d'affectation, de classement, d'avancement, de titularisation, d'aptitude, la représentation du personnel est restreinte à la délégation des cadres. Un rétablissement de la parité est alors effectué.

    • Article

      En vigueur non étendu

      1. Découpage

      Dans le cadre de l'application des dispositions de l'article 3 du statut national, modifié par le décret n° 2007-549 du 11 avril 2007, la liste des commissions secondaires du personnel (CSP) mises en place par chaque entreprise est portée à la connaissance de la commission supérieure national du personnel (CSNP) qui vérifie la conformité des procédures au regard du statut des IEG.
      Les signataires incitent les entreprises dont l'effectif est inférieur à 11 agents à maintenir les dispositifs existants de représentation du personnel.

      2. Composition et répartition des sièges
      2.1. Composition

      La composition des commissions secondaires est paritaire.
      La mixité sera recherchée dans la composition des délégations tant du côté des représentants des employeurs que des représentants des salariés. Cette composition s'efforcera de respecter la répartition femmes-hommes correspondant au périmètre de la commission concernée.
      Le nombre de représentants du personnel au sein des commissions secondaires du personnel est fonction de l'effectif statutaire ― exécution et maîtrise ― concerné par le découpage défini au sein de chaque entreprise :
      ― 3 membres du personnel pour un effectif de 11 à 100 salariés ;
      ― 5 membres du personnel pour un effectif de 101 à 200 salariés ;
      ― 7 membres du personnel pour un effectif de 201 à 500 salariés ;
      ― 9 membres du personnel pour un effectif de 501 à 1 000 salariés ;
      ― 14 membres du personnel pour un effectif > 1 000 salariés.
      Pour les entreprises de moins de 11 salariés disposant d'une commission secondaire, le nombre de représentants du personnel est défini localement.
      Pour ces entreprises qui n'ont pas mis en place une commission secondaire du personnel, la commission supérieure nationale du personnel exerce les attributions dévolues aux commissions secondaires du personnel à l'égard de ces entreprises.
      La représentation du personnel dans les commissions secondaires du personnel est définie par collège (1) :
      ― exécution GF 1 à 6 ;
      ― maîtrise GF 7 à 11 ;
      ― cadres GF 12 à 19, en cas de mise en place d'une délégation de cadres au sein de la commission secondaire du personnel dans une entreprise comprenant moins de 200 cadres. Les entreprises comprenant moins de 200 cadres ont en effet la possibilité de constituer, soit une commission secondaire du personnel compétente pour les personnels du collège cadres, soit une délégation de cadres au sein des commissions secondaires du personnel existantes. Ce choix sera réalisé après concertation avec les organisations syndicales représentatives sur le périmètre concerné.
      En cas de délégation de cadres au sein d'une commission secondaire, un nombre de représentants sera ajouté pour assurer la représentation des cadres selon les modalités suivantes :
      ― 2 membres du personnel pour un effectif total de 11 à 1 000 salariés ;
      ― 3 membres du personnel pour un effectif total au-delà de 1 000 salariés.
      Peuvent siéger au titre du collège exécution les agents ayant appartenu à ce collège. Peuvent siéger au titre du collège maîtrise les agents ayant appartenu à ce collège.
      Pour les entreprises comprenant moins de 200 cadres qui n'ont pas mis en place une commission secondaire du personnel cadre ou une délégation de cadres, la commission supérieure nationale du personnel exerce les attributions dévolues aux CSP à l'égard des cadres de ces entreprises.

      2.2. Répartition des sièges

      La répartition des sièges entre les collèges exécution et maîtrise estréalisée de manière proportionnelle au poids de chacun de ces collègesdans l'effectif concerné par le périmètre de la commission secondaire dupersonnel.
      En ce qui concerne la répartition des sièges restants, il conviendra d'appliquer le système de la représentation proportionnelle selon la méthode du plus fort reste.

      3. Mode de désignation des membres et attribution des sièges
      3.1. Désignation des membres

      Les membres des commissions sont désignés à l'issue de chaque élection professionnelle par les organisations syndicales, par courrier adressé à la direction concernée avec copie aux autres organisations syndicales représentatives sur le périmètre concerné.

      3.2. Attribution des sièges

      L'attribution des sièges est réalisée par application du quotient électoral et de la règle de la plus forte moyenne :
      ― sur la base de la représentativité des organisations syndicales constatée par collège sur le périmètre concerné lors du premier tour des élections des membres titulaires des comités d'entreprise ou d'établissement, ou lors du second tour en cas d'absence de candidat ou de quorum au premier tour ;
      ― sur la base de leur représentativité constatée par collège sur le périmètre concerné lors du premier tour de l'élection des délégués du personnel titulaires, ou lors du second tour, en cas d'absence de candidat ou de quorum au premier tour, dans les entreprises où il n'existe pas de comité d'entreprise.
      En cas de collège unique ou de collège commun exécution-maîtrise ou maîtrise-cadres la représentativité des organisations syndicales dans chaque collège sera calculée au prorata du poids des différentes catégories de personnel dans l'effectif concerné par le périmètre de la commission secondaire.
      Un siège consultatif sera attribué pour toute organisation syndicale représentative ayant présenté au moins un candidat sur le périmètre de la commission secondaire et qui ne se serait pas vu attribuer de siège au titre de la méthode définie ci-dessus.

      3.3. Remplacement d'un membre

      Le remplacement des représentants du personnel en cours de mandat est effectué par l'organisation syndicale selon la même procédure que lors de la désignation initiale. La durée du mandat du nouveau représentant du personnel est limitée à la durée du mandat de celui qu'il remplace.

      3.4. Membres siégeant en matière de discipline

      Lorsqu'une commission secondaire du personnel siège en matière de discipline, seuls peuvent siéger des représentants du personnel relevant d'un classement égal ou supérieur à celui de l'agent dont le cas est examiné. La composition de la commission est alors modifiée en conséquence, la représentation paritaire étant maintenue.
      Dans le cas où l'application de cette règle conduirait à réduire de façon importante la représentation du personnel, il est fait appel à des suppléants spéciaux remplissant les conditions de classement précisées précédemment.
      A cet effet, il est dressé, dans chaque commission secondaire et par ses soins, une liste de suppléants spéciaux de différents groupes fonctionnels, compétents uniquement en matière de discipline. Cette liste est actée au procès-verbal de la première séance de la commission secondaire du personnel suivant sa mise en place. Elle peut, en cours de mandat, être modifiée en tant que de besoin.
      En tout état de cause, s'il n'est pas possible d'appliquer les règles ci-dessus qui permettent de réunir valablement la commission en raison de la règle de classement, le dossier est transmis pour examen à la CSNP.
      Les représentants de la direction au sein de la commission secondaire sont désignés par l'employeur ou son représentant en même nombre que les représentants du personnel.

      3.5. Cas particulier

      Lorsqu'une commission secondaire est appelée à examiner le cas d'agents statutaires mis à la disposition d'une caisse mutuelle complémentaire et d'action sociale ou de la caisse centrale d'activités sociales en matière d'affectation, de classement, d'avancement ou de discipline, la représentation de la direction est modifiée par l'attribution d'une voix délibérative à un représentant de la caisse intéressée, désigné par son conseil d'administration (ou par la personne désignée par lui à cet effet).

      3.6. Membres examinant le cas des agents cadres

      Lorsqu'une commission secondaire est appelée à examiner le cas d'agents cadres en matière d'affectation, de classement, d'avancement, de titularisation, d'aptitude, la représentation du personnel est restreinte à la délégation des cadres. Un rétablissement de la parité est alors effectué.

    • Article

      En vigueur étendu

      1. Présidence

      La présidence de la commission secondaire du personnel est assurée par le chef d'entreprise ou un représentant désigné par lui à cet effet. En cas d'empêchement, un président suppléant désigné à cet effet par la direction le remplace.

      2. Secrétaire

      Le secrétaire de la commission secondaire du personnel est élu par et parmi les membres représentant le personnel. Lorsqu'une organisation syndicale dispose de la majorité en termes de représentativité, le secrétaire est désigné par celle-ci.
      L'élection du secrétaire ou sa désignation est effectuée lors de la première séance de l'organisme.
      Il peut être désigné un secrétaire adjoint. Il est choisi parmi les membres représentant les organisations syndicales autres que celle à laquelle appartient le secrétaire élu. Si aucun accord ne peut intervenir entre les membres représentant le personnel sur cette question, il est procédé à un vote auquel ne participent pas les représentants du personnel affiliés à l'organisation syndicale ayant présenté le secrétaire élu.

      3. Rapporteur

      La direction peut désigner un rapporteur pris en dehors des délégations constituées pour présenter les questions soumises à l'avis de la commission.

      4. Réunions

      4.1. Fréquence

      Les commissions secondaires du personnel se réunissent chaque fois qu'il est nécessaire sur convocation de son président et au moins 4 fois par an ou à titre exceptionnel à la demande d'un tiers des membres représentant le personnel ou la direction.

      4.2. Ordre du jour

      L'ordre du jour est fixé par le président après consultation du secrétaire.
      Dans le cadre des attributions des commissions secondaires, tout membre peut demander l'inscription d'une question à l'ordre du jour.
      Lorsque la commission se réunit à la demande de ses membres, figurent obligatoirement à l'ordre du jour de la séance les questions jointes à la demande de convocation.

      4.3. Convocations

      Les convocations sont envoyées aux membres de la commission au moins 10 jours calendaires avant la séance, ce délai pouvant être réduit en cas d'urgence. Le secrétaire en est alors informé.
      Elles sont accompagnées de l'ordre du jour et des documents relatifs aux questions portées à celui-ci.

      4.4. Délibérations

      4.4.1. Répartition et délégation des voix.
      Les représentants de la direction ont un nombre de voix égal à celui des membres représentant le personnel présent ou ayant délégué leur voix.
      Si le nombre présent de représentants de la direction n'est pas égal au nombre de représentants du personnel présents ou représentés, les voix nécessaires à l'établissement de la parité sont attribuées par le président au début de la séance.
      Lorsqu'un membre représentant le personnel n'assiste pas à une séance sa voix est attribuée à un membre de la représentation du personnel de son organisation syndicale. Le président doit en être avisé au début de la séance.
      Lorsqu'un représentant du personnel à la commission, seul représentant de son organisation syndicale, ne peut occasionnellement assister à une séance, il a la possibilité de se faire remplacer.
      Lorsque la situation d'un membre de la commission est examinée, celui-ci doit quitter la séance ; il peut alors déléguer sa voix. Si ce membre est seul représentant de son organisation, il a la possibilité de se faire remplacer comme il est dit ci-dessus.
      4.4.2. Modalités de vote.
      Les membres de la commission secondaire ont voix délibérative à l'exception des membres consultatifs.
      Les avis sont émis par les membres de la commission à la majorité des voix. En cas de partage égal des voix, celle du président est prépondérante.
      Le vote a lieu à main levée. Toutefois, lorsqu'un membre de la commission le demande, il est procédé au vote à bulletin secret.
      4.4.3. Procès-verbal.
      Le secrétaire rédige le projet de procès-verbal, et le transmet au président dans un délai qui n'excède pas 1 mois à compter de la date de la séance. Lorsque la commission secondaire siège en matière de discipline, le secrétariat de séance est tenu par le rapporteur.
      Le procès-verbal indique, notamment pour chaque question évoquée en séance :
      ― les différentes positions exprimées tant par les représentants du personnel que par ceux de la direction ;
      ― les informations communiquées au cours d'une séance sur les suites données aux avis exprimés, les compléments d'information sollicités par les membres de la commission secondaire et les réponses fournies ainsi que les suggestions de portée locale ou générale.
      En l'absence d'observation du président dans un délai de 15 jours à compter de la réception du projet de procès-verbal celui-ci est adressé aux membres de la commission secondaire qui doivent faire connaître par écrit au président leur approbation ou leur opposition à l'adoption du projet dans les 15 jours.
      Si le président ne reçoit pas d'observation dans le délai, le procès-verbal est considéré comme adopté. Dans le cas contraire, le projet est soumis à l'examen de la commission au cours de la séance suivante.
      Si le président propose des modifications au projet établi par le secrétaire et si aucun accord ne peut intervenir dans le délai ci-dessus indiqué, les deux textes proposés sont soumis à la commission secondaire qui se prononce.
      En tout état de cause, le procès-verbal comportant les deux versions sera considéré comme approuvé à l'expiration d'un délai de 1 mois à compter de la réunion de l'organisme.
      Le secrétaire établit le procès-verbal définitif qui doit tenir compte des rectifications apportées au projet. Ce procès-verbal est signé par le président et par le secrétaire et envoyé aux membres de la commission.
      4.4.4. Devoir de réserve.
      Les membres de la commission secondaire sont tenus à un devoir de réserve sur les débats relatifs aux situations individuelles évoqués en séance ainsi que sur les documents qui leur sont communiqués afin d'examiner ces situations individuelles.
      4.4.5. Confidentialité.
      Lorsqu'elle siège en matière de discipline, les documents et procès-verbaux des débats communiqués aux membres sont confidentiels ; il en est de même lorsque des documents remis sont expressément présentés comme tels.

    • Article

      En vigueur étendu


      La consultation de la commission secondaire doit précéder la décision de l'employeur. La consultation s'entend de l'organisation d'un débat sur un problème soumis à la commission pour que celle-ci émette un avis.
      Les avis pris à la majorité des membres de l'organisme sont mentionnés au procès-verbal de la séance.
      Les avis sont portés à la connaissance de l'employeur pour prise de décision. La notification de ces décisions fait l'objet d'une diffusion aux agents concernés ainsi qu'aux membres de la commission secondaire du personnel.
      Le président peut consulter les membres de la commission par procédure accélérée. Il en informe préalablement le secrétaire. Celle-ci consiste en une demande d'avis à la commission par simple envoi de pièces. L'avis des membres de la commission est réputé acquis si ceux-ci n'ont pas fait connaître d'observation dans le délai fixé par la consultation. Mention de cet avis est faite au procès-verbal de la réunion suivante de la commission. En cas d'observation d'un membre de la commission secondaire du personnel un examen de la situation sera porté à l'ordre du jour de la commission secondaire du personnel.
      Les membres des commissions secondaires ont la possibilité d'émettre des suggestions sur les questions relevant de leurs attributions. Lorsque ces suggestions sont de portée générale elles sont transmises à la CSNP par le président de la commission.

    • Article

      En vigueur étendu


      Les agents appelés à assister ou à siéger à la commission secondaire du personnel sont considérés comme en service, le temps passé en séance étant de plein droit considéré comme du temps de travail.
      Les frais résultant pour les intéressés de leur participation à la commission sont remboursés selon les règles en vigueur.
      Les entreprises détermineront les moyens qu'elles mettront à la disposition des personnels exerçant un mandat dans ce cadre.

Retourner en haut de la page